divagation


divagation

divagation [ divagasjɔ̃ ] n. f.
• 1577; de divaguer
1Vx Action de divaguer, d'errer. Mod. Divagation d'une rivière. défluviation. Dr. Divagation des animaux domestiques, du bétail : le fait que le propriétaire ou la personne qui en est responsable les laisse errer sur la voie publique ou sur les biens d'autrui.
2Cour. Action de l'esprit qui erre en dehors d'un sujet précis. digression, élucubration, rêverie. Divagation d'un rêveur. Il « se perdait en des divagations, des flâneries sans fin » (R. Rolland).
Propos incohérents. Les divagations d'un malade. délire.

divagation nom féminin Littéraire. Action d'errer çà et là, hors du lieu où l'on doit être. Action d'un esprit qui s'égare, qui erre au gré de sa rêverie ; pensées, délire (surtout pluriel) : Les divagations d'un malade. Contravention qui consiste à laisser errer ou à abandonner des animaux sur les routes. Déplacement, total ou partiel, permanent ou temporaire, du lit d'un cours d'eau. ● divagation (synonymes) nom féminin Action d'un esprit qui s'égare, qui erre au gré de...
Synonymes :
- élucubration
- incohérence
- rêverie

divagation
n. f.
d1./d DR Action de laisser divaguer (un animal). La divagation, mode d'élevage traditionnel en Afrique, est source de conflits entre éleveurs et agriculteurs.
d2./d Divagation d'un cours d'eau, inondation qui se produit quand il sort de son lit.
d3./d Fig. Fait de s'égarer, de s'écarter de son sujet. Se perdre dans des divagations.
|| Propos incohérents. Les divagations d'un mythomane.

⇒DIVAGATION, subst. fém.
A.— Emplois concr., rare. Fait d'errer çà et là, d'aller au hasard, sans direction précise. L'agréable dilatation de ses poumons sous la poussée de l'air frais et odorant suscita le souvenir (...) des temps de libre divagation dans les bois (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 28).
Spécialement
1. DR. Divagation des animaux, du bétail. Fait de les laisser errer sans surveillance dans les lieux publics ou sur les propriétés d'autrui. Divagation des animaux malfaisants :
... il y a sur la chasse des « arrêtés réglementaires permanents » (...) c'est ainsi qu'ils prennent souvent des dispositions contre la divagation des chiens, dans un but de repeuplement des oiseaux.
BARADAT, L'Organ. d'une préfecture, 1907, p. 317.
2. HYDROGRAPHIE. Déplacement partiel ou total du lit d'un cours d'eau. Les désastres produits par la divagation des rivières, résultant de l'instabilité de leurs rives (DEGRAND, RÉSAL, Ponts en maçonn., 1887, p. 57).
Divagations internes. Déplacements à l'intérieur des berges du lit trop large (d'apr. GEORGE 1970). Divagations externes. Déplacements temporaires du lit d'un cours d'eau hors de ses berges se produisant lorsque le lit n'est pas assez encaissé dans la plaine alluviale (d'apr. GEORGE 1970).
B.— Au fig.
1. Fait de divaguer. Marguillier (...) me dit qu'il a été voir Van Bever, très malade depuis trois semaines, de très grandes crises de douleurs, avec une sorte de divagation (LÉAUTAUD, Journal littér., 5, 1922-24, p. 224).
2. P. méton., fréq. au plur.
a) Suite d'idées ou de propos mal ou peu liés, s'effectuant sans plan préétabli, au gré du cheminement de la pensée. Écouter les divagations de qqn; divagation lyrique, philosophique. Scriabine (...) se répandait en divagations idéologiques sur l'art sublime de ses grands pontifes (STRAVINSKY, Chron. vie, 1931, p. 156). Autrefois, provinciale et solitaire, ses emballements, ses divagations intellectuelles [d'Anaïs] restaient livresques et parallèles à son existence de petite bourgeoise (AYMÉ, Confort, 1949, p. 122).
SYNT. Se jeter dans des divagations; divagations habiles, merveilleuses; divagations érotiques, poétiques, politiques.
Spéc., péj. Propos dénués de bon sens; propos incohérents émis sous l'effet de la maladie et généralement dans un état inconscient. Divagations d'un fou, d'un malade; les divagations d'un aliéné (DG). Synon. délire.
b) Pensées qui échappent aux contraintes du réel pour se développer dans n'importe quelle direction. Divagations du rêve, de l'imagination. Ai-je été visité par la vérité, ou bien par de pures hallucinations, les divagations d'un cerveau déminéralisé? (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 473).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1577 « action d'errer de divers côtés » (Ch. BLANDECQ, Manuel d'oraisons, 89 r° ds HUG.). Dér. du rad. de divaguer; suff. -(a)tion. Fréq. abs. littér. :184.

divagation [divagɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1577; de divaguer.
1 Vx. Action de divaguer (1.). Mod. || Divagation d'une rivière, le fait pour une rivière de sortir de son lit et de couler ailleurs. Défluviation.
Dr. || Divagation des animaux domestiques, du bétail, le fait que le propriétaire ou la personne qui en est responsable les laisse errer sur la voie publique ou sur les biens d'autrui.Divagations des fous.
1 Seront punis d'une amende (…) 2o Ceux qui auront occasionné la mort ou la blessure des animaux ou bestiaux appartenant à autrui, par l'effet de la divagation des fous ou furieux, ou d'animaux malfaisants ou féroces (…)
Code pénal, art. 479.
2 Fig. et cour. (souv. au plur.). Action de l'esprit (d'une personne) qui erre en dehors d'un sujet précis. Digression, élucubration, rêverie (→ Claustration, cit. 2; acquérir, cit. 16). || Les divagations d'un rêveur, d'un auteur. || Se perdre dans des divagations sans fin.
2 (…) il n'en pouvait finir aucun (livre), et se perdait en des divagations, des flâneries sans fin, qui laissaient une lassitude, une tristesse mortelle.
R. Rolland, Jean-Christophe, L'adolescent, I, p. 263.
Spécialt. Le fait de déraisonner; suite de pensées ou d'expressions sans lien logique. || Les divagations d'un fou ( Folie), d'un malade ( Délire). || N'écoutez pas ses divagations, il ne sait ce qu'il dit. Extravagance.
3 J'ajoute qu'il devient inquiétant, que journellement, en son bureau, il mêle à ses divagations les noms de ses supérieurs hiérarchiques (…)
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, III, I, p. 95.

Encyclopédie Universelle. 2012.